logo_DIM_okILEdeFrance_450px_wbkg.png

Appel à projet 2019-1

Equipement au fil de l'eau

okonomi_equip_5.v2.png

Manifestation d'intention > DECPHOMAP

Projet DECPHOMAP

DEtecteur à Comptage de PHOton pour l’étude des Matériaux Anciens et Patrimoniaux

 

Porteur du projet

Eddy Foy, IR CNRS, LAPA-IRAMAT, NIMBE, CEA, CNRS, Université Paris-Saclay, CEA Saclay, 91191 Gif- sur-Yvette France

Partenaires

Gaspard Pagès, CR CNRS, ArScAn, UMR 7041, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex France

Thomas Oliver Pryce, CR CNRS – Directeur de la Mission française au Myanmar, PréTech, UMR 7055, MAE, 92000 Nanterre Cedex, France

 

Description du projet

Les matériaux anciens et patrimoniaux sont présents sous différentes formes et très souvent ont subis de nombreuses altérations. C’est dans ce contexte que le LAPA (Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération) au sein du NIMBE UMR3685 CEA/CNRS étudie depuis de nombreuses années la nature des matériaux et des objets produits par les sociétés anciennes dans le cadre de ces différents axes de recherche : (i) conservation/restauration des matériaux et objets du patrimoine (ii) étude de l’altération des métaux archéologiques considérés comme analogues pour la prévision de la corrosion à long terme, (iii) études ayant trait à l’histoire des techniques (gestes techniques, procédés, circulation des matériaux, provenance des matières premières). Pour répondre aux différentes questions liées à ces activités de recherches, le LAPA met en œuvre une approche interdisciplinaire et archéométrique et dispose d’une plateforme d’analyses RX multi-techniques et multi-échelle dédiée.

Le projet DECPHOMAP DEtecteur à Comptage de PHOton pour l’étude des Matériaux Anciens et Patrimoniaux vise à doter cette plateforme d’analyse structurale du LAPA d’un détecteur de rayons X de nouvelle génération dit à comptage de photon afin de remplacer un équipement obsolète (scanner optique d’« Image Plate » Storm 820 de GE Healthcare®) et plus réparable par son fabriquant. La rapidité d’acquisition des images de diffraction, liée à un rapport signal sur bruit multiplié au moins par 3 par rapport au scanner, ainsi que la possibilité de l’interfacer à un ordinateur, en font un équipement de haute performance pour l’analyse structurale du matériel archéologique.

 

Accès

Le montage actuel du LAPA est déjà ouvert à la communauté sous la forme de collaborations scientifiques et/ou techniques sans aucun comité de sélection. Le nouveau montage offrira un plus grand potentiel d’études avec par exemple la possibilité d’expériences in-situ, ce qui ne manquera pas d’attirer une plus large communauté de chercheurs. Si toutefois, la pression est telle qu’il ne soit pas possible de contenter tous les utilisateurs qui en font la demande, il sera alors envisagé de mettre en place une procédure légère de demande d’accès au dispositif.

Bien entendu, les membres du consortium et du DIM MAP auront un accès prioritaire au montage, au pro-rata de la part de financement par le DIM.

Personnes connectées : 1